Recherche avancée

Athènes > Δρώμενα > Jean Asselborn présente les priorités du Luxembourg dans... >

Jean Asselborn présente les priorités du Luxembourg dans le cadre de sa candidature au Conseil des droits de l’homme pour 2022-2024

Publié le Παρασκευή 09 Απριλίου 2021

Je suis Jean Asselborn, et j’aimerais vous parler aujourd’hui de la candidature de mon pays au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour le mandat 2022-2024.

La crise liée à la pandémie met à rude épreuve nos systèmes de santé. Elle accentue les inégalités, à l’intérieur de nos sociétés comme entre les différentes régions du monde. Le changement climatique menace l’existence même de l’humanité. A côté de ces périls nouveaux, des problèmes anciens subsistent : la guerre, les discriminations en tous genres, la pauvreté, les atteintes à la liberté…

Ces défis exigent des réponses efficaces, mais aucune solution ne pourra être durable si les droits humains ne sont pas respectés.

Les droits de l’homme sont au cœur de notre engagement, parce que nos sociétés démocratiques, et les institutions politiques qui les fondent, existent pour permettre à chaque individu de s’épanouir pleinement dans le respect de ses concitoyens et de son environnement.

C’est la raison pour laquelle le Luxembourg a retenu, comme première de ses quatre priorités au Conseil des droits de l’homme, l’appui à l’Etat de droit, à l’espace civique et aux défenseurs des droits humains. Cet engagement va de pair avec la lutte contre l’impunité. Le Luxembourg s’engage à soutenir la participation active et réelle de la société civile et des défenseuses et défenseurs des droits humains aux travaux du Conseil des droits de l’homme.

Les effets du changement climatique touchent des millions d’individus. Ils remettent en cause leur droit à un environnement sûr, propre, sain et durable. Ils mettent en péril leur sécurité alimentaire et leur droit à l’eau potable. C’est pour cela que notre deuxième priorité porte sur la protection des droits humains par l’action climatique et le développement durable.

Depuis longtemps, le Luxembourg consacre 1% de son revenu national brut à l’aide publique au développement. Le Luxembourg s’engage en plus à accroître les ressources dédiées à la lutte contre le changement climatique.

Les droits humains ne peuvent être le privilège de quelques-uns. C’est pour cela que notre troisième priorité concerne l’égalité des genres et la lutte contre les discriminations. Nous nous engageons résolument pour les droits et l’autonomisation des femmes et des filles, leur intégration socio-économique, la réalisation de leur droit à l’éducation, leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs. Le Luxembourg est un partenaire fiable d’ONU Femmes. Nous agissons également pour promouvoir les droits des personnes LGBTI, au niveau national comme au niveau international, où nous participons à la Coalition pour les droits égaux.

Notre quatrième priorité, ce sont les droits des enfants. La pandémie de COVID-19 a montré une nouvelle fois à quel point il est important d’entendre la voix des enfants et de prendre en compte leurs besoins. En tant que coprésident du Groupe des amis des enfants et des objectifs de développement durable avec la Bulgarie et la Jamaïque, travaillant la main dans la main avec UNICEF, le Luxembourg a joué un rôle de premier plan dans l’adoption de la déclaration « Protéger nos enfants »,

Ce sont les conflits qui affectent le plus cruellement les enfants. Je l’ai vu quand mon pays a présidé le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés durant son mandat au Conseil de sécurité, en 2013-2014. Depuis 2013, le Luxembourg soutient l’initiative « No Lost Generation » lancée par UNICEF pour donner une éducation aux enfants en Syrie et aux enfants réfugiés dans la région.

Mon pays continue par ailleurs de se montrer solidaire en accueillant des familles et des enfants non accompagnés en provenance de camps de réfugiés.

S’il a l’honneur d’être élu pour la première fois de son histoire au Conseil des droits de l’homme, le Luxembourg apportera une contribution active et utile aux travaux du Conseil. Mon pays s’engage à protéger et promouvoir les droits de tous les êtres humains, dans le cadre d’un multilatéralisme efficace auquel nous avons toujours cru et qui constitue la pierre angulaire de notre action.

Je m’y engage personnellement avec conviction.

Retour